Quelques épitaphes du cimetière juif d’Ifrane (Anti-Atlas)

Selon une ancienne croyance judéo-marocaine, le village d’Ifrane dans l’Anti-Atlas constitue le berceau de la plus ancienne communauté juive au Maroc.

Actuellement, seul le cimetière qui abrite les tombes de vénérés rabbins et martyres attire encore quelques pèlerins, le mellah ayant été laissé à l’abandon durant la seconde moitié du 19e siècle.

Un internaute a récemment publié en ligne les photos de quelques pierres tombales du cimetière juif en souhaitant davantage d’information sur leur contenu.  Voici la transcription et la traduction des épitaphes accompagnées de leur illustration (crédit photo: Nat Geo Timoussane).

1) L’inscription de la pierre tombale comporte trois lignes. La seconde est endommagée mais les lettres manquantes sont partiellement visibles.

נפטר הזקן הכשר ר״ אברהם בן
יחיא ובשבת א[ו] לאדר
שנת השצ״[ח] ליצרה

[Ci-gît] le vieil homme pur, Abraham Ben Yahya, notre maître, décédé le samedi 1[6] du mois d’Adar de l’année 539[8] de la création [= 2 mars 1638].

2) Dans cette inscription de quatre lignes, deux mots sont recouverts de terre et demeurent par conséquent indéchiffrables.

נפטר הז״ הכשר שלם בן
יעקב סוסאן יום ו בשבת
  [..] ימים לחדש סיון ש״ תרד
[לכח] היצרה

[Ci-gît] le vieil homme pur, Shalom ben Jacob Sousan, décédé le samedi 6 du mois de Sivan, [..] jours de l’année  [5]604 [selon le comput] de la création [= 24 mai 1844].

3) Cette épitaphe comporte le nom d’une femme. Quelques mots ont disparu avec l’usure. Certains ont pu être reconstitués.

 

נפטרת האש[ה הכבו]דה
[ה]צנועה אסתר הבת יוסף יום ב״ ש״ק יא
סיון שנת [….]

[Ci-gît] l’honorable et modeste dame Esther, fille de Joseph, décédée le samedi saint, deuxième jour de Sivan [de] l’an […]

4) Les trois pierres tombales sont superposées. Elles ont dû être déplacées, ce qui est regrettable. La qualité de la photographie ne permet pas de déchiffrer toutes les inscriptions. Seul le texte gravé dans la pierre supérieure a pu être restitué.

נפטר הזקן הכשר מכלוף בן מסעוד
יום ששי  בשבת  לחו״ תמוז  [ש״] תרכה
[לכח] היצרה

[Ci-gît] le vieil homme pur, Makhlouf ben Masoud, décédé le samedi sixième jour du mois de Tamouz [de l’année 5]625 [selon comput] de la création [= 30 juin 1865]

Articles associés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.