Conférence à la John Rylands Library

Le 06 décembre 2016, j’ai eu le plaisir de présenter nos recherches sur le palimpseste syriaque de Galien à la John Rylands Library en compagnie de ma collègue N. Smelova: The Syriac Galen Palimpsest: uncovering the hidden text by means of technology, codicology and philology (cliquez ici pour en savoir plus).

Je vous invite à télécharger ma présentation Keynote consacrée l’aspect philologique du projet via Slideshare.

Continue Reading

#Presse : thèse sur le Coran hébreu pendant les Lumières juives

Le professeur Maurice-Ruben Hayoun (Strasbourg, Bâle, Heidelberg) mentionne ma thèse de doctorat dans un troisième article grand public consacré à la traduction hébraïque du Coran d’Hermann Reckendorf.

Après en avoir résumé le contenu sur les sites du Portail juif francophone, du Huffington Post France et du Huffington Post Canada, il aborde le sujet dans le journal suisse La Cité.

Notez que le titre exact de ma thèse est le suivant : Une version biblique du Coran en hébreu : la traduction d’Hermann Reckendorf (1857) : modalités et étendue de la judaïsation, étude de la langue et réception pendant les Lumières juives.

Ci-dessous, l’article de Maurice-Ruben Hayoun dans son intégralité (cliquez sur l’image).

Continue Reading

Conférence à Hambourg #Comst

Dans le cadre des recherches sur le palimpseste syriaque de Galien menées à l’Université de Manchester, nous avons participé à une conférence internationale à Hambourg le 26 septembre 2016 : Comparative Oriental Manuscript Studies: Looking back – Looking ahead.

Vous pouvez télécharger le programme de la journée, le résumé des interventions de tous les participants et notre présentation Powerpoint (The Syriac Galen Palimpsest Project: research methods and latest discoveries) sur ce site.

Continue Reading

Qu’est-ce qu’un chronogramme hébraïque ?

Un chronogramme hébraïque est composé d’une phrase, d’un verset ou d’une paraphrase biblique dont la valeur des lettres, une fois additionnée, indique une date. Cet usage, attesté dans les manuscrits hébreux dès le Moyen-Age, connaît un certain succès avec le développement du livre imprimé (surtout chez les éditeurs allemands) ainsi que dans la poésie néo-hébraïque[1]. Comment lire un chronogramme de ce genre ?

Prenons pour exemple la traduction du Coran d’Hermann Reckendorf qui contient la ligne suivante : [2]פה ק״ק ליפסיא ע״ר״ח סיון לשנת ׃ איש אמו ואביו ת״י״ר״א״ו לפ״ק. Ce chronogramme clôture une dédicace composée par le traducteur à la mémoire de son père rabbin.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour le déchiffrer.

1/Conformément à l’usage rabbinique, Reckendorf utilise des abréviations:

ק״ק = קהילה קדישא (« sainte assemblée »)

ע״ר״ח = ערב ראש חודש (« veille du début du mois »)

2/Il renvoie ensuite à Lv 19,3, אִ֣ישׁ אִמֹּ֤ו וְאָבִיו֙ תִּירָ֔אוּ, verset de circonstance qui fait allusion à la piété filiale.

3/Chacune des lettres de l’alphabet hébraïque possède une valeur numérique. Celle de ת״י״ר״א״ו équivaut à 617 (=400 +10+200+1+6).

4/Enfin, le millénaire n’étant pas indiqué, il est fait usage de l’abréviation de לפרט קטן (« selon l’ère mineure »), date la création du monde du calendrier juif correspondant à 3760 avant l’ère commune.

Le chronogramme en question signifie donc : « Ici, (en) la sainte communauté de Leipzig, la veille du nouveau mois (= néoménie) de Sivan, en l’an 617 (« Que chacun honore sa mère et son père ») selon l’ère mineure ».

Pour en savoir plus sur les chronogrammes hébreux, consulter Hilton J., Chronograms, 5000 and more in number excerpted out of various authors and collected at many places, 1882, Londres, p. 542-545.

[1] GINZBERG L., « Chronograms », dans JE, vol. 4, p. 63-64.

[2] RECKENDORF H., Der Korân aus dem Arabische ins Hebräischen übersetz und erlaütert von Herrmann Reckendorf , Leipzig, 1857, p. ix.

Continue Reading

Un Sefer Torah du sud marocain

Dans le courant de l’année 2010, j’ai pu examiner partiellement un Sefer Torah originaire du Souss auprès d’un particulier résidant à Bruxelles. L’objet en question avait apparemment transité quelques années auparavant depuis le sud du Maroc vers les Pays-Bas avant d’arriver en Belgique.

Entouré d’un manteau de velours rouge orné d’une étoile dorée à six branches, le gvil (ou parchemin) affichait un aspect brunâtre. L’écriture carrée était de facture claire mais l’encre, de couleur noire, était effacée par endroit.

Le particulier qui était musulman prenait soin de mettre le rouleau en hauteur de façon à traiter les Ecritures hébraïques avec révérence. Il veillait également à ne pas toucher le parchemin pour la même raison.

Il est impossible d’en dire davantage sur l’objet qui semblait relativement ancien, mon interlocuteur n’ayant pas souhaité poursuivre l’examen du rouleau qu’il proposait de vendre en échange de quelques milliers d’euros pour le compte d’un client anonyme.

Voici à quoi ressemble un Sefer Torah, aucune photo n’ayant pu être prise alors. Ecrit sans voyelle ni ponctuation, le texte est disposé en colonnes.

sefer-torah

Source photo : Museum of the Bible. Sefer Torah sépharade (Espagne)

Dans la tradition juive, il est d’usage d’enterrer les livres sacrés et les rouleaux devenus hors d’usage. Ce Sefer Torah originaire du Souss a donc certainement dû être déterré dans des circonstances qui demeurent obscures avant d’être exflitré vers l’Europe et proposé à la vente.

Conscient de l’importance de l’objet pour l’histoire du judaïsme d’Afrique du Nord, l’intermédiaire qui officiait de négociateur estimait néanmoins à juste raison que l’objet devait trouver naturellement sa place dans un musée…

Continue Reading